Pièces automobiles : focus sur le recyclage et la valorisation énergétique

Pièces automobiles

Sur Internet, un achat sur cinq correspond à ce que les professionnels de l’automobile appellent communément les RP (pièces détachées).

Naturellement, ce nouveau deal de relations publiques n’est pas sans impact sur la planète, ce qui a poussé notre gouvernement à promulguer un décret en 2015 obligeant les garagistes à informer les consommateurs de la possibilité d’utiliser des pièces d’économie circulaire (PEC) – autrement dit En d’autres termes, articles réutilisables.

Mais que se passe-t-il lorsque vous commandez des pièces automobiles individuellement ? Comment l’obtenir tout en respectant l’enjeu de la transition énergétique ?

Les pièces automobiles et leurs composants : de nombreux matériaux !

Dans l’automobile, on trouve des textiles, des plastiques, des peintures, des traitements de surface, mais aussi des pièces automobiles, des métaux, des fluides divers et même de la tôle.

Bien sûr, le recyclage et la récupération d’énergie méritent une attention particulière, qu’il s’agisse de débris de parc à ferraille ou de pièces fréquemment remplacées. Plus précisément, parmi les principaux composants de la voiture, nous avons identifié de grandes quantités d’acier et de fonte, mais aussi d’aluminium, de polymères, d’huiles et de fluides – toutes les pièces qui doivent être collectées pour être recyclées ou éliminées de manière appropriée.

Certaines pièces automobiles ne sont pas recyclables. Cela est particulièrement vrai pour les plastiques. N’hésitez pas à contacter un professionnel (casse, déchetterie) pour connaître la meilleure option pour vous en débarrasser sans nuire à la planète.

Le recyclage de pièces automobiles, un marché potentiellement porteur :

En moyenne, environ 82 % de la masse d’une voiture peut bénéficier d’une récupération d’énergie (la réglementation européenne préconise 95 % depuis 2015). Naturellement, lorsqu’un mécanicien ou un particulier remplace une pièce sur un véhicule, il doit donc envisager des alternatives possibles en termes de recyclage.

Certains des métaux qui composent les pièces ont une réelle valeur car, après recyclage, ils sont transformés en matières premières très recherchées, notamment dans l’industrie. De plus, les pièces peuvent parfois servir à réparer d’autres voitures : n’oubliez pas de rendre l’économie circulaire la plus utile possible !

Sur certains composants spécifiques (réservoirs de carburant ou d’essence, climatiseurs, etc.) une première étape de décontamination doit être effectuée. Ensuite, selon la nature de la pièce, plusieurs traitements peuvent être effectués avant que la matière ne soit triée et recyclée, faisant de la pièce automobile une nouvelle matière première.

Pour les déchets dits « ultimes » non recyclables, plusieurs solutions sont possibles selon les situations : récupération de chaleur dans certains cas, ou mise en décharge à défaut d’autres options.

Recyclage des pièces automobiles : comment ça marche ?

En France, plusieurs centres dans toutes les régions sont certifiés VHU : ils disposent des moyens nécessaires pour traiter et valoriser les épaves, ainsi que les pièces automobiles qui ne sont plus en état de marche.

Ces centres reçoivent des pièces ou des VHU (Véhicules en fin de vie). Ils sont contaminés et sécurisés avant que toutes les pièces de la voiture ne soient démontées. Ils gardent tout ce qui peut être réutilisé et ils retourneront sur le marché de l’occasion.

Ensuite, ceux destinés au recyclage ou au recyclage sont détournés vers des filières capables. Pour protéger notre écosystème, les déchets générés par la décontamination doivent être traités correctement.

Ces centres reçoivent également leurs cadavres au sol. Ils trient les métaux ferreux et non ferreux pour une élimination appropriée et, selon la situation, les résidus peuvent être récupérés, recyclés ou enfouis.

Nous vous recommandons le grossiste piece auto pour plus d’informations.

Related Post