Ouvrir une cellule psychologique au travail

Cellule psychologique

La vie en entreprise peut parfois être source de stress, en particulier lorsqu’un événement traumatisant surgit inopinément. Ces événements nuisent aussi bien au bien-être au travail qu’à la santé psychologique de l’individu, provoquant ainsi des réactions post-traumatiques et engendrer des risques psycho-sociaux. C’est pourquoi il est essentiel d’ouvrir une cellule psychologique au travail afin d’accompagner les collaborateurs au quotidien.

Quel est l’intérêt d’un soutien psychologique en entreprise ?

Le bien-être au travail n’est pas qu’une question physique ; il est directement lié à la sphère psychologique et la santé mentale des collaborateurs. En effet, un salarié qui se sent écouté, soutenu et intégré dans une équipe représente un atout majeur pour l’entreprise (loyauté, fidélité, productivité accrue, etc.) et contribue largement à son bien-être personnel.

Dans toute situation pouvant être traumatisante pour un salarié, il est vivement conseillé de l’accompagner afin d’assurer la continuité de leur travail. En effet, le décès d’un collaborateur, d’un proche, la fermeture d’un site ou un plan de licenciement économique peuvent nuire à la stabilité psychologique et avoir de graves conséquences au quotidien. Des situations plus graves, comme une prise d’otage, un attentat ou des accidents graves ont exactement le même effet.

En outre, les risque psychosociaux sont exacerbés et peuvent nuit à la santé de l’entreprise si la situation n’est pas gérée correctement (absentéisme, baisse de productivité, conflits internes, etc.). Ainsi, il est important de préserver la qualité de vie au travail et de mettre rapidement en place une cellule de crise afin de réagir de manière adéquate à la situation. Si les conséquences peuvent être perçues au travail, ce genre de traumatisme peut aussi avoir des répercussions dans la vie privée (insomnie, colère, isolement, violence, dépression).

Réunir et constituer une équipe de gestion de crise

Dès qu’un événement grave surgit sur le lieu de travail, la priorité absolue et de réunir une équipe de crise, à l’initiative de l’employeur et/ou de son représentant. Ce dernier doit être accompagné par un médecin ou un psychologue du travail afin de proposer aux collaborateurs un soutien psychologique en entreprise. Le secrétaire du CHSCT ou le délégué du personnel sont aussi conviés afin de :

  • Évaluer la situation
  • Organiser et planifier les actions à mettre en place

Cette équipe est chargée d’annoncer l’événement survenu sur le lieu de travail dans un premier temps (infraction, décès, accident, etc.) et d’ouvrir une cellule psychologique, autant pour les collaborateurs directement concernés que leur famille.

Des cellules individuelles et collectives

L’ouverture d’une cellule psychologique doit permettre de créer une atmosphère bienveillante et rassurante pour le personnel, où chacun pourra prendre la parole pour extérioriser ses sentiments. Cet espace de parole peut être accompagné d’un support écrit (lettres, messages, dessins, etc.). Ces séances se font aussi bien en individuel qu’en collectif.

Elles sont primordiales pour permettre aux individus souhaitant un soutien psychologique au travail de se sentir écoutés et reconnus, mais aussi et surtout leur faire comprendre qu’ils ne sont pas seuls. Le choix de l’expression orale et écrite est laissé ; si l’échange oral favorise la proximité, l’échange, la verbalisation des émotions, l’écrit reste et évite la déformation des messages.

Les obligations administratives de l’employeur

Dès lors qu’un événement traumatisant survient sur le lieu de travail, l’employeur doit :

  • Déclarer l’accident à la CPAM (qui informera l’inspection du travail)
  • Informer le médecin du travail s’il n’a pas pu être dans l’équipe de crise
  • Envoyer avec une photocopie de la partie supérieure du certificat de décès
  • mentionnant l’heure du décès
  • Réunir rapidement un CHSCT extraordinaire ou les délégués du personnel pour analyser l’accident
  • Récupérer certains documents dans les plus brefs délais (contrat de travail, qualification de la victime, formations, document unique, aptitude médicale, etc.)

 

Related Post