Harcèlement scolaire, que faire ?

Harcèlement scolaire, que faire

Le harcèlement scolaire est une réalité plus courante qu’on ne le pense, et face à laquelle on peut rapidement se trouver démuni en tant que parent ou tuteur. Il est donc primordial d’apprendre à reconnaître les signes du harcèlement scolaire et ce qui peut être mis en place pour aider votre enfant ou adolescent s’il en est victime.

Distinguer harcèlement scolaire et violence

Il convient de faire la distinction entre la violence et le harcèlement scolaire. Dans le premier cas, il arrive que les enfants et adolescents aient des comportements violents occasionnels, se disputent, voire se battent entre eux.

Dans le cadre du harcèlement en revanche, il est important de tenir compte de la temporalité et de la volonté de nuire de la part du ou des harceleur(s). En effet, le harcèlement scolaire sur un enfant ou un adolescent n’est pas le fait d’une occasion ; il s’agit d’un phénomène qui s’inscrit dans la durée et peut avoir des conséquences dramatiques sur la santé morale et physique d’un jeune.

Les différentes formes de harcèlement scolaire

On distingue trois formes de harcèlement scolaire : le harcèlement physique, le harcèlement psychique et, plus récemment, le cyberharcèlement.

Harcèlement physique et psychique

Les deux formes de harcèlement scolaire que constituent les atteintes physique et psychiques, peuvent être caractérisées de plusieurs manières :

  • coups portés (gifles, coups de poings ou de pieds) ;
  • moqueries, insultes, menaces,
  • dégradations des affaires de l’élève.

Si les signes d’un harcèlement scolaire physique sont par définition plus facilement visibles que ceux d’un harcèlement moral, certains signes, comme un changement de comportement de l’enfant ou de l’adolescent (état de stress, angoisse, irritabilité, agressivité, renfermement sur soi, etc.) doivent alerter les adultes, parents, tuteurs, corps enseignant.

Cyberharcèlement

Depuis quelques années, une nouvelle forme de harcèlement scolaire émerge avec la démocratisation des téléphones portables, smartphones et réseaux sociaux chez les jeunes : le cyberharcèlement.

Celui-ci se caractérise généralement par la publication sur des réseaux sociaux de messages, photos ou vidéos initialement privés. L’un des phénomènes les plus répandus est ainsi le revenge porn, qui a pris une telle ampleur qu’une association de prévention contre le harcèlement scolaire a lancé une campagne sur le thème “Une photo, c’est perso. La partager, c’est harceler”.

Que faire si mon enfant subit du harcèlement scolaire ?

Si votre enfant ou adolescent subit du harcèlement scolaire, qu’il n’est pas toujours facile de détecter, il est de votre devoir d’agir, même si votre jeune vous dit de ne rien faire de peur que les choses ne s’aggravent.

Signaler les faits à la direction de l’établissement

Le signalement du harcèlement scolaire subit par votre jeune auprès de la direction de l’établissement qu’il fréquente est la première chose à faire. C’est ensuite à l’équipe pédagogique de prendre la situation en main pour sanctionner les auteurs du harcèlement et stopper celui-ci. En effet, la lutte contre le harcèlement scolaire est prise très au sérieux par l’Etat.

Si un premier signalement s’avère inefficace, il est possible de prévenir le référent harcèlement de l’académie, qui a un pouvoir d’interpellation de l’établissement scolaire.

Déposer plainte

Lorsque les limites sont dépassées (violences physique, cyberharcèlement) ou que les signalements auprès du système scolaire n’ont rien donnés, il est alors possible de vous rendre dans un commissariat de police pour déposer plainte.

Il est cependant nécessaire de rappeler qu’une procédure judiciaire peut être relativement longue, aussi l’enfant ou adolescent peut continuer à être harcelé pendant ce temps. Également en cas de cyberharcèlement, il sera nécessaire d’effectuer des captures d’écran pour disposer de preuves.

Related Post