Douleurs cervicales : faut-il changer d’oreiller ?

Douleur cervical

Les douleurs cervicales se manifestent le plus généralement par une rigidité ou un blocage au niveau de la nuque, et c’est l’oreiller qui est très souvent mis en cause dans ce type de situation.

La première mission de l’oreiller consiste en effet à assurer l’alignement de la colonne vertébrale, à maintenir la tête, et à combler le creux de la nuque. Grâce à ce maintien, les muscles du dormeur se relâchent, et il retrouve ainsi un sommeil réparateur profond.

C’est ainsi qu’un oreiller de mauvaise qualité peut engendrer des troubles cervico-dorsaux au réveil, à cause d’une position d’endormissement inconfortable. Ces désagréments se multiplient et s’intensifient avec l’âge, car les vertèbres cervicales finissent par s’abîmer à force de pressions répétées, exercées par les flexions du cou instable.

Pour éviter ces incommodités, faut-il simplement changer d’oreiller ? Quels sont les oreillers les plus adaptés aux personnes souffrant de douleurs cervicales ? Comment choisir l’oreiller le plus adapté à chaque situation ? Voici un guide pour passer des nuits reposantes, et éviter les incommodités lors du sommeil.

L’oreiller peut-il être à l’origine des douleurs cervicales ?

En présence de douleurs cervicales, c’est souvent l’oreiller qui est désigné comme le premier coupable, mais même si c’est le cas, l’oreiller peut également être la solution à ce problème. Ce support a en effet pour rôle de soulager la nuque pendant le sommeil, en garantissant une position propice au relâchement musculaire, grâce à l’alignement de la tête, du cou et de la colonne vertébrale.

L’oreiller doit être capable de soutenir la tête et de relâcher le corps, pour que le dormeur ne ressente aucune tension, ni aucun point d’appui. C’est ainsi que les contractures dues aux activités physiques de la journée ou au stress, sont soulagées pendant le sommeil.

En l’absence d’un bon oreiller, le cou n’est pas convenablement maintenu, la nuque ne peut pas adopter une position confortable, et il lui est impossible d’avoir une bonne récupération. L’allégement des douleurs cervicales passe inévitablement par une action rapide, qui consiste à se doter d’un oreiller ergonomique, qui soit adapté à la fois à la morphologie de l’utilisateur, et à sa position d’endormissement.

De nombreux sites de vente en ligne proposent des outils simples sous forme de tests à remplir. Ces guides d’achat permettent de faciliter le choix de l’oreiller le plus adapté, en fonction des spécificités de chacun, en matière de morphologie, des éventuels problèmes de santé, et de la position de sommeil.

L’oreiller, un support essentiel pour la tête et la nuque

Pour éviter les douleurs cervicales, il est nécessaire d’avoir un oreiller de qualité, adapté à ce problème, afin d’éviter les contractures de la nuque pendant le sommeil. L’oreiller doit être capable de maintenir la tête et de favoriser le relâchement musculaire, grâce à un bon maintien des vertèbres cervicales, et notamment les deux premières à savoir l’Atlas et l’Axis.

Un oreiller non adapté est susceptible de provoquer des douleurs cervicales ou dorsales, s’il est trop ferme, ou trop volumineux, à cause d’une densité élevée. Il risque alors d’être à l’origine d’un désagrément différent selon les positions. Ainsi, les personnes qui dorment sur le ventre peuvent subir une hyper extension car elles sont obligées de cambrer le dos, alors que les dormeurs sur le dos sont victimes d’une hyper-flexion, car la nuque et le dos fléchissent sous l’effet du volume de l’oreiller. A l’inverse, un oreiller mal adapté peut provoquer une hyper inclinaison chez les personnes qui dorment sur le côté.

Les douleurs cervicales sont le plus souvent causées par un mauvais alignement des vertèbres cervicales et de la colonne. Cette mauvaise position est généralement source de troubles tels que l’arthrose cervicale ou les migraines.

Quel oreiller choisir pour éviter les douleurs cervicales ?

Il est incontestable qu’un bon oreiller peut remédier aux douleurs cervicales, et même éviter leur apparition. Ce support doit être gonflant et moelleux, tout en étant suffisamment ferme pour assurer un bon maintien de la nuque et de la tête.

L’oreiller doit épouser la forme de la nuque, en s’adaptant à toutes les positions d’endormissement, afin que le haut du corps soit bien soutenu et que ses muscles ne subissent aucune tension. Lors du choix de l’oreiller, il est important de se méfier des termes marketing, comme oreiller anatomique, ou ergonomique. Certains oreillers cervicaux ne s’adaptent pas aux mouvements du dormeur et provoquent un inconfort dans le sommeil à cause d’une mousse de mauvaise qualité qui tient chaud.

De ce fait, les personnes qui souffrent de douleurs cervicales doivent opter pour un oreiller à mémoire de forme qui participe au maintien de la tête et de la nuque, à travers un alignement des vertèbres cervicales et de la colonne vertébrale. L’oreiller doit donc respecter la rectitude cervicale dans la position de sommeil sur le dos ou sur le côté.

Il est recommandé d’éviter les oreillers trop épais, car ils provoquent les douleurs, ou trop moelleux, car ils ne soutiennent pas le cou et la nuque de la manière la plus optimale. Un oreiller pour cervicales est préférablement fabriqué en matières naturelles, comme le duvet ou la plume. Ces fibres ont des propriétés anti-acariens, et possèdent un gonflant idéal qui sert à maintenir le haut du corps.

Un bon oreiller cervical est reconnaissable à sa forme de vague, qui maintient les vertèbres en place. Certains oreillers orthopédiques ou médicaux sont même indiqués par les médecins ou les kinésithérapeutes, en complément d’un traitement médical et de séances de rééducation fonctionnelle.

Un oreiller cervical pour chaque type de dormeur

Un choix d’oreiller judicieux permet de trouver le modèle optimal, adapté à chaque situation, afin d’éviter de nombreux troubles comme les cervicalgies, les douleurs musculaires, les apnées du sommeil ou les maux de tête.

Plusieurs critères doivent être pris en considération lors de l’achat d’un oreiller, parmi eux principalement :

  • La position d’endormissement : sur le ventre, le dos ou le côté,
  • La morphologie de l’utilisateur,
  • La durée du sommeil,
  • Le niveau de fermeté souhaité : certains préfèrent un coussin moelleux, d’autres optent pour la souplesse.

Quoiqu’il en soit, le choix doit se porter vers un modèle qui épouse les courbes du corps, afin d’éviter les tensions et les points d’appui. L’oreiller ne doit être ni trop haut, ni trop épais, ni trop mou.

Les nouvelles technologies de contour en thermo-gel permettent à l’oreiller de conserver une empreinte de l’anatomie du dormeur, assurant ainsi un degré de maintien supplémentaire, et une meilleure régulation de l’humidité liée à la transpiration.

En ce qui concerne la forme de l’oreiller, il faut savoir que les oreillers rectangulaires sont plus adaptés aux dormeurs sur le ventre ou sur le côté, alors que les oreillers carrés conviennent mieux aux personnes qui dorment sur le dos. Les oreillers rectangulaires ont plus la côte à l’étranger qu’en France, où les oreillers carrés sont privilégiés.

La forme carrée réduit les problèmes de nuque, car elle garde un alignement convenable de la colonne vertébrale, et empêche les épaules de se poser dans l’oreiller, ce qui permet de mieux respecter les courbes naturelles du dormeur.

Related Post